WALA Arzneimittel
  • Magazine

Magazine et actualité

Médecine anthroposophique, Stress et fatigue

Fini de compter les moutons

Il est vital pour les humains et les animaux, et c’est un phénomène qui recèle encore bien des secrets: le sommeil.

Pendant notre sommeil, notre métabolisme est actif, il recharge nos réserves d’énergie et nous met en forme pour la journée à venir. Mais que faire lorsque le sommeil ne vient pas facilement ? Ou qu’il est trop court? Ce qui aide avant tout : Garder son calme. Nous vous révélons comment y parvenir.

Fermer la porte, éteindre la lumière, compter les moutons – c’est le rituel du soir dans beaucoup de chambres à coucher. Après le coucher, une personne sur sept met plus d’une demi-heure à trouver le sommeil. Les causes en sont souvent le stress et la nervosité engendrés par le dérèglement du rythme du sommeil et de l’éveil. Si la journée a été mouvementée, les stimuli peuvent continuer d’agir et le manège des pensées peut continuer de tourner. Cela empêche de s’endormir ou conduit à se réveiller la nuit. De même, les inquiétudes et les angoisses qui précèdent un examen peuvent rendre l’endormissement difficile.

Le rythme sommeil- réveil

Si le rythme sommeil-réveil est perturbé, la phase du réveil se prolonge, ce qui en retour détériore l‘organisme. Ainsi, l’agitation entraîne une perturbation du sommeil, qui elle-même conduit à l’épuisement. Pour briser ce cycle, il convient de retrouver l’équilibre entre le calme et l’activité, le sommeil et l‘éveil. Cela paraît être une tâche difficile. Mais vous verrez: L’organisation réfléchie de la transition fait déjà beaucoup.

Quiconque s’oblige à se lever et à se coucher à des heures à peu près régulières aide le corps à trouver son rythme. De petits rituels de fin de journée – un verre de lait chaud avec du miel ou un exercice de détente au bord du lit – facilitent la transition. De plus, lorsque le rythme du sommeil est en phase avec le rythme jour-nuit de notre planète, les programmes de défense biologique peuvent déployer tout leur effet. L’hormone qui régit le sommeil, la mélatonine, est produite vers le soir par l’épiphyse et atteint sa concentration maximale pendant la nuit. C’est pourquoi le sommeil vient plus facilement à ce moment-là.

Du rêve éveillé au monde du rêve

Avant de vous coucher, passez une nouvelle fois en revue votre journée. Commencez par le soir et promenez-vous en pensée jusqu’au matin. Essayez de ne pas évaluer les moments passés, mais simplement de vous les remémorer. Car si l’on ressasse trop longtemps pendant la nuit les problèmes du lendemain, on est trop fatigué le matin pour les résoudre. Si toutefois quelque chose vous vient à l’esprit, et vous empêche de trouver la tranquillité, aidez-vous d’un carnet de notes sur votre table de chevet. Vous pouvez y conserver vos pensées jusqu’au lendemain matin.

En plus de votre esprit, préparez aussi votre corps au calme de la nuit. Car la gêne peut également retarder l‘endormissement. Par exemple, on ne dort pas bien avec les pieds froids. Avant de vous coucher, prenez un bain de pieds chaud ou emmitouflez vos pieds dans d’épaisses chaussettes de laine. De la sorte, vous pouvez favoriser activement votre sommeil Une friction des bras et des jambes à l’huile essentielle de lavande apaise. Une tisane faite maison, préparée à partir de houblon, de millepertuis, de lavande et de mélisse, a le même effet.

De combien de sommeil ai-je besoin ?

Le besoin de sommeil diffère selon chaque individu. L’un est plein d’énergie et a besoin d’activité dès le petit matin, quand l’autre rentre le soir au meilleur de sa forme. L’appartenance au type des oiseaux de nuit ou à celui des lève-tôt est génétique. Notre rythme dépend de notre horloge interne. Nous ne pouvons pas la modifier, mais nous pouvons nous arranger avec elle. Par exemple, si vous êtes plein d’entrain le matin, profitez des premières heures du jour, mais, le soir, ne vous couchez pas trop tard. Au contraire, quiconque préfère plutôt fermer les yeux après minuit, devra dormir un peu plus le matin. Cela n’est pas toujours possible les jours de travail. Veillez cependant à ce que les défis importants de la journée, y compris les discussions avec votre partenaire ou votre supérieur hiérarchique, vous laissent assez de temps pour vous. Et vous devrez suivre votre horloge interne au moins le week-end.