WALA Arzneimittel
Guide - Médecine anthroposophique

La médecine anthroposophique

Un complément salutaire à la médecine conventionnelle

La médecine anthroposophique est une approche thérapeutique intégrative indépendante et reconnue par la loi en Suisse, qui considère et traite l’être humain dans toutes ses dimensions. Elle se différencie avant tout de la médecine conventionnelle en ce qu’elle ne voit pas seulement la maladie mais la personne dans le cadre de sa maladie.

Chaque personne est unique - même dans la maladie.

C’est pourquoi la médecine anthroposophique ne connaît pas de traitement standard, mais tient compte de l’actuelle situation de vie et des caractéristiques uniques d’un patient. Elle dispose pour ce faire d’une multitude de formes thérapeutiques et de médicaments - aussi bien conventionnels qu’anthroposophiques.

Les origines de la médecine anthroposophique

La médecine anthroposophique a été fondée il y a tout juste une centaine d’années par Rudolf Steiner et Ita Wegman. Ce philosophe visionnaire et cette jeune médecin ont élaboré le concept faîtier et les médicaments sous-jacents. Le chimiste Rudolf Hauschka fait également partie des pionniers de la médecine anthroposophique. Inspiré par Rudolf Steiner, il a étudié les procédés rythmiques et a mis au point en 1935 un processus de fabrication unique permettant de conserver des extraits de plantes médicinales sans addition d’alcool. L’entreprise WALA venait de voir le jour et la première pierre du trésor croissant des médicaments anthroposophiques était posée. Aujourd’hui, les médecins, les pharmaciennes/pharmaciens, les sages-femmes/maïeuticiens et les thérapeutes du monde entier issus de différents métiers de la santé y ont recours.

Quelles sont les prestations rémunérées ?

En Suisse, les médicaments de la médecine anthroposophique sont encadrés par la loi depuis 1998. Depuis 1999, la médecine anthroposophique constitue une méthode médicale complémentaire reconnue par la Chambre médicale (FHM). Les prestations médicales et les médicaments de la médecine anthroposophique sont pris en charge par l’assurance obligatoire des soins. Les offres thérapeutiques sont fréquemment prises en charge dans la liste additionnelle des médecines complémentaires.

La médecine anthroposophique – un concept holistique

Le terme « anthroposophie » indique à lui seul le concept que renferme la médecine anthroposophique. En effet « anthropos » est l’être humain et «sophia» la sagesse - combinés ces deux termes signifient la sagesse de l’être humain. La médecine anthroposophique est une médecine holistique qui ne perd jamais de vue corps, âme et esprit. L’activation globale des défenses naturelles permet au malade de retrouver sa santé et son équilibre personnel.

La santé, c’est quoi ?

Si l’on adopte la perspective de la médecine anthroposophique, l’être humain évolue toute sa vie entre santé et maladie. Ces polarités vont de pair. En cas de déséquilibre, la médecine anthroposophique tente d’activer les défenses naturelles du corps à l’aide de médicaments et de traitements, pour permettre au patient de retrouver son équilibre. Les médecins anthroposophes veillent particulièrement aux besoins de chaque organisme pour recouvrer la santé. En cas de traitement médicamenteux, le principe est toujours le même : aussi peu que possible et pas plus longtemps qu’il ne faut.

Se rendre chez un/une médecin anthroposophe

Les médecins anthroposophes ont fait des études de médecine complètes et ont suivi une formation complémentaire en médecine élargie par l'orientation anthroposophique. Cela leur permet de recourir à un système de diagnostic moderne, la médecine intensive ou les médicaments traditionnels et de les compléter avec des médicaments et traitements anthroposophiques. Cela englobe les offres thérapeutiques basées sur l’art et le mouvement, la thérapie par la musique et le chant, les applications extérieures comme les enveloppements et les bains, les formes langagières ou le travail biographique.

Les médecins anthroposophes ont une approche de l’être humain allant de la tête aux pieds. Ils s’intéressent aux caractéristiques individuelles du patient telles le langage du corps et les mimiques.

Ils sentent si la peau et les membres sont chauds ou froids, humides ou secs, ils explorent et écoutent le corps. Ils demandent au patient comment il perçoit son bien-être et son état d’esprit, la force de sa volonté de vivre - aussi bien au moment présent que d’un point de vue biographique.

Le traitement médicamenteux prescrit par le/la médecin repose entre autres sur des médicaments anthroposophiques d’origine naturelle. Les produits correspondent aux particularités individuelles du patient. Il s’agit de médicaments qui activent l’activité propre de l’organisme, ses défenses naturelles.

Pour le choix des produits, le/la médecin s’appuie sur les facteurs suivants :

  • Type et évolution de la maladie
  • Symptômes
  • Douleurs
  • Durée de la maladie
  • État des forces du patient
  • Âge

Outre un traitement médicamenteux, le/la médecin peut opter en complément pour une thérapie d’accompagnement. L’avantage : le patient travaille activement sur sa maladie

Vous trouverez ici des adresses de médecins et hôpitaux anthroposophiques :
Médecins et hôpitaux anthroposophiques

Les traitements anthroposophiques

Les formes thérapeutiques relevant de l’anthroposophie remettent l’être humain dans toutes ses dimensions au centre de l’intérêt. L’objectif est d’aider le patient à retrouver un équilibre sain qui lui est propre. L’homme est un être vivant individuel et complexe, c’est la raison pour laquelle il est bien souvent judicieux de compléter un traitement médicamenteux avec d’autres formes thérapeutiques.

Un patient ne se résume pas à son corps physique.

Il est important, dans les phases de vie difficiles notamment, d’appréhender l’être humain dans la globalité de ses éléments constitutifs. Toute personne ayant déjà vaincu une maladie sait à quel point les atteintes physiques peuvent impacter le bien-être psychique.

Peindre, danser et parler pour recouvrer la santé ?

Pas exclusivement, mais en complément ! Car les traitements anthroposophiques englobent précisément les domaines de la vie qui sont bien souvent ignorés. Les défenses naturelles sont activées et les patients retrouvent durablement leur équilibre.

Vous trouverez ici les thérapeutes anthroposophes de Suisse

Le traitement par le dessin, la peinture ou la réalisation

Toutes les art-thérapies invitent à exprimer son moi profond de façon créative. Peu importe que vous ayez du talent ou pas. L’idée est que vous accédiez à votre moi profond par le processus créatif à l’aide d’un/d’une thérapeute.

Si vous restituez des images ou des émotions avec le pinceau ou le crayon, vous remarquerez que vous procédez de la même manière que dans d’autres domaines de vie. Êtes-vous plutôt du genre structuré ? Alors vous réfléchirez sans doute devant des consignes créatives, vous progresserez par exemple de haut en bas ou peut-être même que vous recourrez à la règle et au compas. De telles connaissances du modèle de comportement personnel peuvent s’avérer très précieuses pour le traitement.

Le processus créatif peut également vous aider à faire remonter des sentiments et des états d’esprit pour lesquels vous n’aviez pas de mots jusqu’à présent, et dont vous n’aviez peut-être pas conscience.
Vous êtes inondé d’informations jour après jour. Vous ne percevez qu’inconsciemment les nombreuses impressions recueillies au cours de la journée. Le cerveau humain ne filtre que l’essentiel. Ce qui est désagréable par exemple est volontiers refoulé, de manière à pouvoir se concentrer sur les choses soi-disant importantes, comme le travail. La peinture et le dessin permettent de densifier et d’intégrer les informations refoulées. Il n’est pas rare que des événements parfois très lointains continuent de peser de façon inconsciente. Jusqu’à ce que l’équilibre de l’organisme tout entier chancelle et que vous tombiez malade.

Musique et chant

La musique nous touche, chacun en a fait l’expérience au moins une fois. Ainsi une chanson peut vous faire voyager dans un autre temps et même vous donner la chair de poule.
La musique ne nous laisse pas indifférent. À tel point que les battements du cœur et la respiration s’accordent au rythme de la musique. C’est de cet effet dont se sert l’approche thérapeutique.

Il existe deux formes de traitement, la forme active et la forme passive. Dans le cas de la thérapie active par la musique, vous faites de la musique seul ou en dialogue avec votre thérapeute. Ce/Cette dernier/-ère décide en fonction du tableau clinique et de la personnalité si le patient doit observer des règles ou y aller librement.
Dans la forme passive, vous écoutez ensemble des mélodies, des rythmes ou des sons isolés. Vos fonctions vitales sont activées par les ondes sonores qui se propagent dans l’espace et vous améliorez vos compétences rythmiques.

Selon le patient et le tableau clinique, il peut être intéressant aussi de pratiquer la musique au sein d’un groupe. La musique est un bon outil pour entrer en contact et communiquer. Une activité musicale commune est comme un élixir de vie : cela génère le sentiment de participation à une communauté, aide à se déconnecter et à reprendre des forces.

Poursuivre la lecture sur l’action bénéfique de la thérapie par le chant.

L’eurythmie curative

Dans ce modèle de thérapie, c’est le corps qui devient instrument. Des gestes spécifiques sont affectés aux différentes lettres. Le mouvement, comme maillon entre la dimension physique et mentale, s’adresse directement aux différents organes et renforce leurs fonctions. Les forces vitales sont activées. Le rapport de force entre le corps, les processus biologiques, la perception de soi et l’esprit est rééquilibré. Ainsi l’eurythmie curative peut être employée aussi bien en cas de problèmes liés à la mobilité et l’équilibre qu’en cas de troubles métaboliques, de maladies de différents organes, de souffrances psychiques ou de troubles cardio-vasculaires.

Le travail biographique

Si l’on se penche sur une biographie, on identifie la plupart du temps des structures et des modèles comportementaux qui reviennent. Soit vous ressentez de l’intérieur le besoin de casser ces modèles, parce que vous ne voulez tout simplement plus continuer ainsi, soit de l’extérieur si une maladie par exemple entraîne certains changements.

La métamorphose s’accompagne toujours d’incertitudes. Vous devez ou souhaitez changer vos habitudes et aborder certains sujets en toute conscience.

Dans le cadre du travail biographique, votre thérapeute vous aide à élaborer des réponses pour les questions en suspens. Il est important de se confronter activement au changement pour l’accepter et reconnaître par exemple les aspects positifs d’un malheur. Beaucoup hésitent à demander un accompagnement et veulent se débrouiller seuls. Pourtant accepter une aide n’est pas un signe de faiblesse, au contraire il peut être salvateur de demander du soutien pour parvenir à trouver un rythme nouveau.

L'art de la parole

Le langage peut-il soigner ? Peut-être vous posez-vous justement cette question. Beaucoup de personnes réagissent avec étonnement lorsqu’elles entrent en contact pour la première fois avec les formes langagières thérapeutiques. Ce modèle de thérapie offre pourtant de nombreuses possibilités : le langage n’est pas qu’un simple instrument d’information et de communication.Il représente une forme d’expression humaine majeure et reflète votre individualité. Son effet sur autrui dépend fortement de votre voix, de votre articulation et de votre comportement.

Votre respiration est audible au travers de votre voix, l’être humain a cette faculté en parlant de transmettre ses émotions, pensées et intentions. En thérapie, vous apprenez à travers cette « respiration » le lâcher prise et l’intégration, avec la possibilité de détoxifier votre âme.

Questions fréquentes sur la médecine anthroposophique :

Les médecins anthroposophes sont-ils de véritables médecins ?

Oui. Chaque médecin anthroposophe suit une formation médicale traditionnelle : il/elle fait des études de médecine, sanctionnées par un diplôme fédéral de médecine délivré par l'Université pour entamer ses études de médecin spécialiste. Le titre de médecin spécialiste est une des conditions à l'exercice de la médecine à titre indépendant en cabinet médical. Un/une médecin anthroposophe suit au moins trois ans de formation complémentaire dans les domaines spécifiques de la médecine anthroposophique.

Les médecins anthroposophes refusent-ils la médecine traditionnelle ?

En aucun cas : la médecine anthroposophique repose sur les sciences naturelles comme elles sont comprises par la médecine conventionnelle, mais va plus loin encore. En d’autres termes, la médecine anthroposophique utilise toutes les connaissances utiles que la recherche en sciences naturelles met à sa disposition - de la technique médicale en passant par les contrôles en laboratoire jusqu’à la médecine intensive. Au-delà, elle s’intéresse également à la personnalité d’un être humain.

Homéopathie et médecine anthroposophique - n’est-ce pas la même chose ?

Ces deux approches ont en partie recours aux mêmes médicaments, pourtant leur choix n’est pas le même : tandis que l’homéopathie observe les interactions des symptômes et soigne les maladies avec des médicaments similaires au tableau clinique (loi de similitude), la médecine anthroposophique travaille avec les vertus thérapeutiques issues des règnes de la nature (minéraux, animaux et plantes) et propices à la guérison.

Les médicaments anthroposophiques

Les médicaments anthroposophiques permettent d’élargir les possibilités de traitement et de guérison pour médecins et patients. De nombreuses préparations nécessitent la transformation de substances minérales, animales et végétales - par exemple or, abeille ou plantain lancéolé. Certains ingrédients sont également appliqués dans l’homéopathie et la phytothérapie. La spécificité des médicaments anthroposophiques réside dans la sélection des substances actives, leur préparation et leur composition. Vous bénéficiez ainsi d’une qualité exceptionnelle.

Et quel trésor !

L’entreprise WALA fabrique 900 médicaments anthroposophiques pour quasiment toutes les phases de vie et toutes les indications. Dont environ 400 sont aujourd’hui disponibles en Suisse pour le traitement de maladies aiguës et chroniques. Plus de 90% des médicaments WALA sont pris en charge par l’assurance obligatoire des soins (assurance de base).

Le choix des substances actives

Les substances actives forment le noyau du futur médicament - c’est pourquoi leur qualité est essentielle. Cela concerne notamment la provenance, la pureté, la vitalité et l’essence d’une substance. L’entreprise WALA utilise chaque fois que c’est possible des plantes issues de cultures biodynamiques ou de la cueillette sauvage contrôlée. D’autre part, la recette respective détermine si une plante est transformée en entier (planta tota) ou si seulement des parties de la plante sont utilisées, par exemple les fleurs, les graines ou les racines. Dans le cas des minéraux, nous tenons compte de facteurs tels que les conditions d’extraction ou les pierres concomitantes.

Ce que nous révèle la plante

La forme de la plante, son parfum, son goût ainsi que les endroits et les saisons propices à sa croissance ou l’apparition de ses fruits nous fournissent de précieuses indications sur son action.

Exemple : l’essence de la prunelle

Elle peut surmonter les contraintes extérieures comme aucune autre : dès la fin de l’hiver, lorsque les températures sont encore très basses et que la neige n’a pas totalement disparu, la prunelle fleurit. Ses fruits mûrissent quant à eux beaucoup plus tard dans l’année et ne peuvent être consommés qu’après la première gelée nocturne. « Cette spécificité illustre tout son potentiel curatif et en fait pour nous une plante très intéressante », explique Annette Greco, responsable du développement galénique au sein de l’entreprise WALA. Même les épines de ses branches à la densité presque impénétrable nous livrent des indices pertinents : les épines sont des branches latérales refoulées. Elles concentrent le pouvoir de la plante. Cette capacité à focaliser et conserver ses forces permettent à la prunelle de fleurir précocement et en fait une formidable plante médicinale pour renforcer les fonctions vitales d’un patient par exemple après une longue maladie.

La préparation

Les matières brutes naturelles peuvent être traitées de manière différente : les minéraux sont broyés mécaniquement, les huiles essentielles sont distillées, les plantes sont décoctées ou traitées à l’huile chaude, pour ne citer que quelques exemples. L’entreprise WALA a recours en outre à un procédé rythmique spécial pour obtenir des extraits aqueux - lesdites teintures mères - à partir de plantes médicinales. Ces teintures mères déploient toute leur action dans différentes recettes et formes pharmaceutiques. La maison WALA vous propose aussi bien des médicaments pour l’usage interne - tels que les globuli, les suppositoires ou les injections - que des pommades, huiles, essences et autres pour l’usage externe.

Révéler les vertus curatives de la nature
« Une substance d’origine naturelle porte en elle toutes les qualités pour devenir un agent thérapeutique. Ce potentiel doit cependant être compris et mis en évidence par l’homme pour l’homme dans le cadre du procédé pharmaceutique. La nature n’offre pas directement les médicaments, elle ouvre des voies. L’être humain fabrique à partir de là des agents thérapeutiques. Il érige le pont entre l’homme et la nature. »

Annette Greco, responsable du développement galénique au sein de l’entreprise WALA

La composition

Pour les médicaments anthroposophiques, nous regroupons plusieurs substances dans une composition portant la mention « comp. ». Il faut néanmoins savoir que la composition représente toujours plus que la simple somme de ses composants. Elle donne naissance à une nouvelle entité médicinale capable d’affronter une maladie sous de nombreux aspects et dans le respect de l’être humain. L’être humain est alors appréhendé de façon individuelle dans sa globalité - sur les plans physique, psychique et mental.

Exemple : WALA Pulmonium suc contre la toux

Différentes substances actives sont associées dans cette composition: du plantain lancéolé (Plantago lanceolata), sous forme d’extrait aqueux, qui décolle le mucus tenace, associé aux bourgeons depicéa (Picea abies), qui soulage la toux irritative. La pétasite (Petasites hybridus) est un spasmolytique qui complète la composition et soigne n’importe quel type de toux.

Les médicaments anthroposophiques doivent leur biographie unique à la sélection des substances actives, leur préparation et leur composition.

Que signifie...

...médecine intégrative ?

La médecine intégrative observe toutes les interdépendances dans le domaine de la santé humaine. L’objectif est de regrouper des spécialisations médicales et méthodes thérapeutiques comme les composants d’un concept holistique de guérison.

…de fabrication homéopathique ?

Les médicaments homéopathiques sont dilués en plusieurs étapes (dynamisation) et triturés ou agités après chaque dilution. Le pouvoir des substances est alors pleinement libéré.

…activité interne et externe ?

Dans la médecine anthroposophique, l’être humain ne se soigne pas uniquement avec des médicaments (activité externe). Il doit également repérer les déséquilibres de son corps à l’échelle psychique et mentale, les comprendre et retrouver l’équilibre avec un traitement anthroposophique.