WALA Arzneimittel
  • Magazine

Magazine et actualité

Médecine anthroposophique, Plantes médicinales, WALA Heilmittel GmbH

Une aide contre les allergies venue de l’équateur

Au printemps, nombreux sont les yeux rougis, irrités et larmoyants. La nature nous apporte son aide grâce au WALA Euphrasia collyre unidose, un produit constitué de substances bien particulières : outre l’euphraise (Euphrasia officinalis), bien connue déjà depuis le Moyen-Âge, il contient également de l'huile essentielle de rose dynamisée. Cette association soulage la conjonctive irritée et offre un apaisement doux aux inflammations.

L’huile essentielle de rose trouve son origine dans le projet dédié aux matières premières mené par WALA en Éthiopie. Près de la ville de Debre Birhan, à 2900 mètres d’altitude, Fekade Lakew et ses collaborateurs cultivent des rosiers de Damas selon les principes Demeter et de la certification fair for life. Ce qui a germé il y a environ dix ans comme une simple idée est aujourd'hui devenu une excellente coopération, développée autour de la culture d’un terrain de plus de 20 hectares. La formation intensive des acteurs locaux et un financement initial approprié ont conduit à l’établissement réussi de cette ferme éthiopienne consacrée à la culture de rosiers, dans une région principalement réputée pour la culture du café et des fleurs coupées.

« Il y avait longtemps que nous réfléchissions à cultiver des rosiers près de l’équateur », affirme Ralf Kunert, directeur de Naturamus GmbH. La filiale indépendante de WALA s'approvisionne dans le monde entier enmatières premières pour les médicaments WALA et les produits cosmétiques Dr. Hauschka. Selon Ralf Kunert : « Plus une plante pousse près de l’équateur, plus sa floraison dure dans le temps. » Tandis que les roses cultivées dans les principaux pays producteurs tels que la Bulgarie, la Turquie ou l’Iran, affichent une floraison de quatre semaines, période pendant laquelle la récolte doit également avoir lieu, les roses éthiopiennes offrent une floraison de huit semaines. « Un avantage gigantesque », explique Ralf Kunert. « On dispose de deux fois plus de temps pour récolter la même quantité de roses. » En résultat, les ouvriers sont moins nombreux, travaillent avec moins de pression et peuvent être employés sur des durées plus importantes.

Une solution utile à chacun et naturellement pour le bien-être des personnes allergiques en premier lieu.

 

Une matière première de valeur

La fabrication d’un kilogramme d’huile essentielle de rose nécessite quatre tonnes de roses en fleur, soit un hectare de culture. L’huile essentielle de rose est extraite à l’aide d'un processus délicat de la distillation à la vapeur.

En savoir plus